Toute l'actualité générale => Douleurs pendant les rapports sexuels (dyspareunies) : diagnostic et prise en charge


Le BMJ a mis en ligne en juin 2018 un document de formation 1 sur la prise en charge des dyspareunies, problème fréquent mais souvent "négligé", "mal compris", et pris en charge trop spécifiquement, sans vision globale pourtant nécessaire.
 
Les auteurs rappellent tout d’abord que l’apparition progressive de telles douleurs, superficielles ou profondes, suggère une cause physique, alors qu’une apparition brutale doit faire évoquer une origine psychologique.
 
Cependant, même une origine physique bien identifiée peut s’accompagner de troubles psychologiques et/ou sociaux, à rechercher et prendre en charge si nécessaire, en sus de la prise en charge du trouble physique constaté.
 
D’une manière générale, les auteurs (gynécologues et spécialistes de la médecine psychosexuelle) insistent sur les retards fréquents au diagnostic, notamment en cas de causes physiques superficielles, au niveau de la vulve.
 
Par ailleurs, ils conseillent de "résister à l’envie de rassurer" tant que la situation est insuffisamment explorée (en sus des causes, entretiens à mener, ils conseillent de penser au dosage de la ferritine en cas de dermatite, cf. infra).
 
Ils insistent aussi sur les risques de l’utilisation, pour l’hygiène intime, de substances non inertes. Ils préconisent, en cas de douleurs à la pénétration, l’utilisation de certains lubrifiants et soulignent l’utilité du massage périnéal avec une huile inerte.


Petites annonces

  • Médicaments antitussifs à base de pholcodine et risque de réaction allergique aux curares dans le contexte de l’épidémie de COVID-19 - Point d'Information
    Lire la suite
    2020-04-21 11:42:08
  • Traitement symptomatique de la constipation : NORMACOL change de nom
    Lire la suite
    2020-02-12 18:24:29
  • Valproate et dérivés : l’exposition des femmes enceintes a fortement diminué mais persiste - Point d'information
    Lire la suite
    2020-02-12 18:23:27

Actualités

  • Deux à cinq heures d’activité physique par semaine réduiraient les risques pour sept cancers
    Lire la suite
    2019-12-31 20:49:31
  • Chronothérapie : un nouveau levier thérapeutique dans l’hypertension artérielle ?
    Lire la suite
    2019-12-05 17:08:17
  • La colchicine en post-infarctus : les résultats d’une vaste étude multicentrique
    Lire la suite
    2019-11-23 21:54:36
Nous suivre sur les réseaux
  • Facebook :
    @Dapmeddictionnnaire
  • Twitter :
  • LinkedIn :