Toute l'actualité générale => Seniors en bonne santé : prendre de l'aspirine à faible dose est-il utile ?


L’équipe australo-américaine de l’étude ASPREE 1 a réalisé un essai clinique randomisé versus placebo évaluant les conséquences de la prise d’aspirine à faible dose pendant environ 5 ans chez 19 000 seniors "relativement en bonne santé". Cette bonne santé "relative" était définie par l’absence d’antécédents cardiovasculaires, de démence ou de handicap.   Les résultats montrent que cette prise d’aspirine, par rapport au placebo, n’est pas associée à une diminution de la mortalité globale (McNeil JJ, Nelson MR et al., NEJM, 09/2018 2) ni du risque cardiovasculaire (McNeil JJ, Wolfe R et al., NEJM, 09/2018 3) de ces 19 000 personnes, qui avaient majoritairement plus de 70 ans. Par contre, les auteurs ont constaté une augmentation significative du risque hémorragique dans le groupe "aspirine".   Les auteurs, à l’instar des recommandations internationales, constatent donc l’absence d’argument scientifique net en faveur d’une prévention primaire cardiovasculaire par prise d’aspirine à faible dose chez les personnes de 70 ans en bonne santé.


 ASPREE, une étude réalisée auprès de 19 114 seniors australiens et américains L'étude ASPREE (ASPirin in Reducing Events in the Elderly 1) a recruté 19 114 personnes âgées d'au moins 65 ans (les Noirs et les Hispaniques avaient 65 ans et plus, les Blancs avaient 70 ans et plus). Ces personnes ont été recrutées par l'intermédiaire de médecins généralistes en Australie (16 703 patients), et par des centres de santé universitaires aux Etats-Unis (2 411 patients).   Une espérance de vie estimée à au moins 5 ans, sans maladie grave ni antécédents cardiovasculaires notables Ces personnes ne devaient pas avoir, ou avoir eu, une maladie coronaire, une fibrillation auriculaire, un AVC, un diagnostic clinique de démence, un handicap physique significatif, une anémie, un risque élevé d'hémorragie, une hypertension ou encore une contre-indication à la prise d'aspirine.   Les médecins devaient de plus sélectionner des participants qui "n'étaient pas susceptibles de mourir dans les 5 ans", et qui ne prenaient ni anticoagulants, ni autres antiagrégants plaquettaires, ni AINS. 



Petites annonces

  • Médicaments antitussifs à base de pholcodine et risque de réaction allergique aux curares dans le contexte de l’épidémie de COVID-19 - Point d'Information
    Lire la suite
    2020-04-21 11:42:08
  • Traitement symptomatique de la constipation : NORMACOL change de nom
    Lire la suite
    2020-02-12 18:24:29
  • Valproate et dérivés : l’exposition des femmes enceintes a fortement diminué mais persiste - Point d'information
    Lire la suite
    2020-02-12 18:23:27

Actualités

  • Deux à cinq heures d’activité physique par semaine réduiraient les risques pour sept cancers
    Lire la suite
    2019-12-31 20:49:31
  • Chronothérapie : un nouveau levier thérapeutique dans l’hypertension artérielle ?
    Lire la suite
    2019-12-05 17:08:17
  • La colchicine en post-infarctus : les résultats d’une vaste étude multicentrique
    Lire la suite
    2019-11-23 21:54:36
Nous suivre sur les réseaux
  • Facebook :
    @Dapmeddictionnnaire
  • Twitter :
  • LinkedIn :